La Roumanie organise un référendum pour que la définition constitutionnelle de la famille soit l’union d’un homme et d’une femme

posté le 13/10/2018

La question de la définition du mariage en Roumanie s’est posée en 2015, lorsqu'une ONG « La coalition pour la famille » a réuni 3 millions de signatures afin de déclencher le processus de modification de la Constitution. Le but ? Rendre le mariage de deux personnes de même sexe légalement impossible. Concrètement, cela signifiait modifier la définition actuelle du mariage dans la Constitution en passant de «union entre époux» à «union entre un homme et une femme».

 

La Coalition pour la famille porte les signatures au Parlement. Photographie de George Popescu.


Qu’est-ce que la Coalition pour la famille ?

En théorie, il s’agit simplement d’une alliance laïque et informelle de plus de 40 ONG sans personnalité juridique, qui soutiennent la famille. En pratique, la liste des membres compte de nombreuses ONG religieuses et conservatrices. Elle entretient des liens étroits avec l’Église orthodoxe roumaine (l’Église majoritaire en Roumanie, à laquelle adhère 81% de la population) et a signé des protocoles avec les principaux partis roumaines de l’éventail politique. La portée et les ressources financières du réseau lui ont permis de recueillir 3 millions de signatures pour initier le changement constitutionnel. De plus, à l'automne 2017, la coalition a ont organisé une tournée à travers le pays pour promouvoir les valeurs familiales et chrétiennes. L’invitée principale était la greffière américaine Kim Davis, célèbre pour son refus d’approuver les actes de mariage et l’interdiction faite à ses collègues de le faire également, après la légalisation du mariage homosexuel aux États-Unis.
L’appui en faveur d’un référendum et la série de conférences organisées dans tout le pays ont coûté cher, et la question de savoir qui a fourni les fonds n’est pas transparente. La coalition semble être financée par diverses organisations protestantes aux États-Unis et des organisations favorables à la famille dans les pays d'Europe orientale.

 

 

Une affiche pour une conférence intitulée «Un témoignage américain sur la liberté de conscience» à la bibliothèque publique du comté de Sibiu. Le hashtag se lit : #ReferendumForRomania.


Un processus semé de doutes et de vices de procédure

Outre le manque de transparence sur le financement, la campagne a été caractérisée par de nombreuses lacunes juridiques et procédurales. Premièrement, l’implication de l’Église dans la collecte des signatures a suscité beaucoup d’attention. On a signalé des cas de prêtres nommant des volontaires de congrégations pour recueillir des signatures.

En outre, la Constitution actuelle stipule qu'une initiative visant à modifier la Constitution doit être votée par le Parlement dans les six mois suivant le dépôt de la demande. Cela s'est produit beaucoup plus tard dans cette affaire.

De plus, la Chambre de décision du Parlement a voté l’approbation de la modification le 11 septembre et prévu le référendum le 27 octobre, laissant aux administrations locales moins d’un mois pour se préparer.

En plus de cela, le gouvernement a adopté mardi 18 septembre une ordonnance d'urgence prolongeant d'un jour la période de vote, afin que celui-ci se déroule sur toute la fin de semaine. Bien qu’il soit techniquement illégal de modifier les règles d’un référendum à moins de six mois de son déroulement, le nouveau calendrier des votes restera inchangé, à moins que le Médiateur ne s’attaque à l’ordonnance d’urgence.

En raison du temps très court laissé pour l’organisation, le système électronique qui doit prévenir la fraude électorale en recoupant l'identité des électeurs dans une base de données nationale ne sera pas disponible pour le référendum. Cela suscitera d'autres doutes sur les résultats.
Le référendum coûtera 35 millions d'euros à l'État roumain. De plus, le libellé de la question est très ambigu : «Êtes-vous d'accord avec la loi sur la révision constitutionnelle adoptée par le Parlement?». De nombreux chrétiens modérés considèrent que le référendum est un gaspillage d'argent et qu’il servira au gouvernement à distraire l’opinion publique des nombreux scandales de corruption dans lesquels le parti majoritaire est impliqué.


Pas de stratégie gagnante pour les défenseurs des droits de l'homme
Pour que le changement proposé soit adopté, deux conditions doivent être remplies : un minimum de 30% des inscrits doit exprimer un vote valide et une majorité simple des participants doit approuver le changement.

C’est pourquoi la plupart des ONG LGBT et des Droits de l'Homme en Roumanie ont appelé au boycott du vote, ce qui n’est pas qu’un détail technique; Bien sûr, ne pas atteindre le seuil de 30% invaliderait le référendum, mais il est peu probable que cela se produise. La position est surtout morale, car elle envoie le message que la majorité ne devrait pas être en mesure de voter pour restreindre les droits d'une minorité.

Afin de garantir le succès du référendum, les Églises ont lancé une campagne massive ; des prêtres encouragent les gens à aller voter dans leurs sermons, des affiches sont apposées dans les églises. Dans certaines écoles, les enfants ont reçu des dépliants qui exhortent les parents à voter oui au référendum.

Dans certaines villes, d'énormes bannières sont apparues dans les espaces publics, invitant les gens à voter, sous peine de voir les homosexuels « emmener leurs enfants ». Des personnes ont déclaré avoir reçu un SMS qui leur enjoignait de voter en faisant appel à leur sentiment religieux, ou en faisant craindre que des couples homosexuels adoptent des enfants.

 

Traduction : Venez au référendum! Votez OUI pour le mariage entre un homme et une femme! Défendre la famille roumaine et les enfants! Si vous ne venez pas voter, deux hommes pourront adopter votre enfant. 

En outre, certaines mairies ont publié des messages officiels soutenant le oui, en violation de la loi roumaine, selon laquelle l'administration doit s'abstenir de prendre position.
Dans de nombreuses villes, des militants du oui arrêtaient les gens dans la rue pour leur donner des tracts et leur dire que s'ils ne votaient pas pour le changement de Constitution, des étrangers viendraient dans notre pays pour dire aux enfants qu'ils pouvaient changer de sexe facilement s'ils le souhaitaient. Certaines de ces actions sont illégales, mais le temps très court et le manque de responsabilité rendent très difficile l’arrêt de cette campagne.


Perspectives pour le référendum et actions futures

En regardant comment des pays d’Europe de l’Est qui ont voté sur la question, on peut malheureusement supposer que le changement sera adopté et que la Constitution roumaine interdira le mariage entre personnes du même sexe. C’est un coup dur pour la minorité LGBT et pour les couples vivant ensemble sans être mariés, d’autant plus que la Roumanie n’a pas de loi sur les partenariats civils. Deux initiatives de ce type ont été rejetées au Parlement au cours des six dernières années.

Cependant, il pourrait y avoir une lueur d’espoir. En 2016, un couple homosexuel formé d'un Roumain et d'un Américain, marié en Belgique, a poursuivi l'État roumain en justice pour ne pas avoir reconnu leur mariage et contraint le partenaire américain du couple à utiliser un simple visa de touriste pour rester dans le pays avec son mari pour un nombre limité de mois. Cet été, la Cour constitutionnelle a finalement reconnu le droit du couple à circuler librement dans l’Union européenne, le mariage ayant été célébré dans un pays de l’Union européenne. La Cour précisait que les droits de ce couple doivent être considérés comme des droits de la famille, quel que soit leur sexe, et que c’est à l’État de prendre des mesures pour les protéger, que ce soit par le mariage ou par un partenariat civil. Cette décision, publiée officiellement ces derniers jours, confie essentiellement à l'État roumain la responsabilité d'offrir une sorte d'union légale, y compris pour des couples de même sexe.

Le référendum a été discuté lors des réunions du groupe socialiste et démocrate du Parlement européen avec la première ministre roumaine Viorica Dancilaà Bruxelles, et le 1er octobre, par le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, au sein de la commission des libertés civiles du Parlement européen. Timmermans a déclaré que même s’il était lui-même père de famille et qu’il avait des enfants, il ne voulait pas invalider d’autres types de familles ni utiliser la famille pour justifier l’homophobie. Il a également déclaré être fier des Pays-Bas, un des premiers pays à offrir aux couples homosexuels un accès égal au mariage.


Les activistes craignent que ce ne soit qu'un début

Cependant, nombreux sont ceux qui craignent que ce ne soit que la première étape de l'agenda de la Coalition pour la famille. Son site Web mentionne explicitement l'interdiction des unions civiles, car cela «réduirait» le nombre de mariages. Il indique également clairement que le rôle premier du mariage est la procréation et la protection de l'enfant. Par conséquent, il propose de mettre fin à la contraception et à l'avortement financés par l'État et d'interdire aux mineurs d'accéder à des mesures de contraception ou à des avortements sans accord parental.

La Roumanie est sur le point de faire le premier pas vers un agenda anti libéral, dans lequel une majorité religieuse peut interdire les droits d'une minorité. Les associations humanistes en Roumanie condamnent fermement la légitimité de ce processus et considèrent que les Droits de l’Homme ne sont pas négociables, quelle que soit leur orientation sexuelle.