Georges Bensoussan, relaxé en appel,

posté le 28/05/2018

Georges Benboussan n’est pas encore au bout de ses peines. Accusé de racisme et d’incitation à la haine par le CCIF (comité contre l’islamophobie en France, la Ligue des Droits de l’Homme, le MRAP (mouvement contre le racisme et pour l’amitié en les peuples) pour avoir osé dire, dans une émission d’Alain Finkielkraut, que l’antisémitisme, dans les familles arabes d’obédience salafiste, « on le tète avec le lait de la mère », l’historien vient d’être relaxé une deuxième fois lors de son procès en appel. Pour la Cour d’appel, il n’a pas visé l’ensemble de la communauté arabo-musulmane mais uniquement l’idéologie salafiste. A l’heure où le « nouvel antisémitisme qui prend racine dans les banlieues » fait de plus en plus souvent la Une de nos journaux, il est scandaleux que le Parquet et la Ligue des Droits de l’Homme aient pu être solidaires de ce mauvais procès.

 

Le CCIF, qui ne désarme pas, se pourvoit en cassation. On ne peut qu’espérer que ces deux instances, cette fois, ne lui suivront pas dans cette posture typique des Frères Musulmans et consorts pour épuiser psychologiquement leurs victimes par ce qu’ils nomment le jihad judiciaire. 

 

Nelly Fouks

 

A lire, pour en savoir plus, l’excellent article de Martine Gozlan dans Marianne : lire