Comment former des enseignants qui refusent les savoirs ?

posté le 20/05/2015

Article "Les Echos" 

ÉSPÉ de Créteil, des témoignages qui méritent le soutien d’ÉGALE.

 

Réagissant à une annonce du CNESER, le quotidien les Échos publient un article d’Elsa Freyssenet, dans lequel la journaliste nous soumet les difficultés rencontrées par des formateurs d’enseignants au sein de l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de l’académie de Créteil. 

De quoi s’agit-il ? 

Au-delà de la sempiternelle question du voile qui oblitère le plus souvent toute réflexion, l’article montre, exemples et témoignages à l’appui, que le problème rencontré par ces formateurs dépasse très largement les signes d’appartenance religieuse. 

 

Deux points particulièrement inquiétants ont attiré notre attention :

 

  • d’une part, certains étudiants, futurs enseignants, refusent d’aborder les parties des programmes qui dérangent leurs croyances religieuses ;
  • d’autre part, ces refus génèrent une autocensure d’autres futurs enseignants qui ne veulent pas rencontrer de difficultés dans l’exercice de leur métier. Ils ne se « sentent » pas de distinguer croyance et savoir, alors qu’ils se préparent à enseigner. 

 

 

L’article met aussi en exergue deux autres attitudes très problématiques : 

 

  • la duplicité de la direction de l’ÉSPÉ qui semble avoir du mal à appliquer les directives ministérielles,
  • la duplicité de trois organisations syndicales : la CGT, Sud-éducation et le SNESSUP local. Non seulement, ils n’accompagnent pas les trois collègues militants syndicaux engagés, mais en plus ils mettent en question leur discours en les renvoyant à leur prétendue islamophobie. 

 

Malgré les tragiques événements qui ont traversé notre pays depuis le début de l’année, le déni de réalité se poursuit laissant le champ libre aux extrémistes de tous bords. Pourtant la seule question qui se pose face à ces cas est sans conteste : l’École de la République peut-elle recruter et former des enseignants pour lesquels les croyances priment les savoirs ? 



.