... Ces manifestants dont les pancartes répondent « je suis muslim » aux « je suis Charlie »], c’est le cléricalisme qui l’égare

posté le 20/05/2015

De Louis-Marie Horeau,  Canard  Enchaîné du 21 janvier 2015

« Contrairement à ce que croient quelques abrutis qui attaquent les mosquées, l’ennemi, ce n’est pas cette foule égarée [ces manifestants dont les pancartes répondent «  je suis muslim » aux « je suis Charlie »], c’est le cléricalisme qui l’égare.

Presque toutes les religions ont eu l’ambition de prendre le pouvoir et d’imposer à la société tout entière ses règles, ses dogmes, sa morale. C’est aujourd’hui l’ambition déclarée de l’islam politique. Avec plein succès en Iran. Ou en Arabie saoudite. La loi coranique y impose son joug, et c’est Allah qui conduit les affaires publiques. Ou plutôt la caste des clercs qui prétendent parler en son nom.

La chrétienté en connaît un rayon sur ce sujet. Les prêtres régnaient avec une brutalité qui n’a rien à envier à celle des mollahs. On brûlait les sorcières, on pendait les homosexuels, on torturait les hérétiques. Montaigne fut jeté en prison pour avoir mangé du lard en carême. Et des centaines de protestants furent massacrés, pour la plus grande gloire de Dieu, un jour béni de la Saint Barthélémy.

Après le siècle des Lumières, et au terme d’une longue bataille, les curés sont rentrés dans leurs églises et les moines dans leurs monastères. « Le Canard » a participé, à sa modeste place, à ce combat anticlérical. Un combat jalonné de joyeux blasphèmes que n’auraient pas reniés les amis de « Charlie ». Aujourd’hui, l’Eglise a perdu de sa superbe. Elle tente bien encore de se mêler de nos affaires privées, du mariage homo, de l’avortement. Combats d’arrière-garde. La victoire est assurée.

C’est la même bataille qu’il faut à présent mener contre les cléricaux islamistes qui voudraient empêcher les non-croyants de croquer du saucisson, de lever le coude ou de dessiner le Prophète. Les ennemis ne sont pas les musulmans, fussent-ils bigots de stricte observance. Qu’est-ce que ça peut bien faire que mon voisin fasse ses cinq prières à heure fixe s’il ne m’oblige pas à en faire autant ?

L’islam est aujourd’hui a pris un sérieux retard sur la nécessaire conversion laïque. Il faut l’expliquer inlassablement aux enfants des écoles : la République n’est l’amie d’aucune religion. La République laïque interdit toute référence au sacré dans la conduite des affaires de la cité. Et elle garantit l’exercice paisible de toutes les religions.

Il a fallu un bon siècle pour faire avaler ça aux curés. Au tour des mollahs : il y a du boulot. »



.