La laïcité pour favoriser l’avancée des libertés.

posté le 01/05/2015

La laïcité pour favoriser l’avancée des libertés.

La sécularisation des sociétés occidentales fait reculer les carcans de contraintes imposées par l’Église catholique. Trois exemples récents le montrent : 

 

Au Canada, c’est la Cour suprême qui se prononce le 15 avril pour réaffirmer la neutralité de l’État. Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, avait pour habitude de commencer ses réunions de Conseil municipal par une prière accompagnée du signe de croix, sans aucun égard pour son devoir de neutralité, ni pour les convictions des membres du Conseil municipal. La Cour suprême du Canada a unanimement  donné raison au Mouvement laïque québécois (MLQ) et au citoyen Alain Simoneau qui s'opposaient à cette pratique en affirmant : 

« En raison de l'obligation qu'il a de protéger la liberté de conscience et de religion de chacun, l'État ne peut utiliser ses pouvoirs d'une manière qui favoriserait la participation de certains croyants ou incroyants à la vie publique au détriment des autres. »  

La Cour suprême confirme également la première décision de justice, qui condamnait ville de Saguenay à verser 30 000 $ de dommages à Alain Simoneau.

En Italie, c’est de droit au divorce qui se modernise, avec un vote ce mercredi 22  avril, à la Chambre des députés. Les députés de droite comme de gauche, rassemblés dans une écrasante majorité, ont réduit à six mois le délai entre le prononcé de la séparation et le dépôt de la requête en divorce par consentement mutuel. Ce délai était encore de trois ans. 

En France, c’est la suppression par l’Assemblée nationale, ce 9 avril, de la "période de réflexion" de 7 jours, imposée aux femmes désirant bénéficier d’une IVG. Délai totalement inutile pour celles qui avaient déjà pris leur décision en individus adultes et responsables.

Toutes ces mesures ont rencontré l’opposition farouche de députés chrétiens appuyés ouvertement par l’Église catholique en campagne. Toutes trois montrent la difficulté de cette institution, à admettre que la société civile puisse se gouverner en dehors de la morale exprimée par le Vatican, selon ses propres critères élaborés par des femmes et des hommes faisant appel à leur raison et à leur éthique.  Toutes confirment que pour faire progresser les libertés, les sociétés ont besoin de laïcité. 

Martine Cerf



.