À la mémoire de Charlie... et pour nous tous. Points de suspension ?

posté le 29/01/2015

À la mémoire de Charlie... et pour nous tous. 

Points de suspension ?

 

De condamnations en célébrations. De déclarations en résolutions. De manifestations en recueillements. De discours en expertises. Il demeure une absence. Une question qui n'est jamais posée... qui pourtant est là, comme le nez au milieu de la figure. Elle nous fait peur à cause des points de suspension qui devrait la compléter.

 

Cette question qui est au cœur de la laïcité, aucun pouvoir ne la posent pas frontalement. Ont-ils trop peur des réponses ? De la difficulté de la tâche qui apparaîtra insurmontable ? Ont-ils peur qu'apparaissent la réalité de la faiblesse de la laïcité en France ? Ont-ils peur de briser l'élan de solidarité qui se construit pourtant sur un non-dit ? 

 

Je m'explique. La laïcité c'est le respect de la vie de l'autre qui nait libre et égal en droit. Jusque-là beaucoup diront je suis d'accord. Mais pas tous pourtant. C'est pour cela que ce premier principe n'est pas rappelé aux manifestants, aux commentateurs, aux interviewés pour confirmation.

 

Mais la laïcité rajoute des points de suspensions pour préciser : c'est la vie de l'autre qui est devenue sacrée, parce qu'il est réel, vrai, incontestable. Respecter la vie de l'autre, l'intégrité de l'autre, c'est respecter la réalité même. Et rien n'est plus sacré que la vie de l'autre... y compris le nom de mon dieu, la représentation de mon dieu. Quoi qu'il dise, quoiqu'il fasse, sauf légitime défense, sa vie est sacrée ! Et là curieusement les têtes se baissent. 

 

Ce principe fondateur, conquis de haute lutte et qui nous a délivré des guerres de religion, doit être redit non sous sa forme de principe : liberté d'expression qui est encadrée par la loi, mais sous la forme de question :

 

Pour vous, est-ce que la vie de l'autre est sacrée ? Sa vie plus sacrée que le nom de votre dieu, de vos idéologies, de vos convictions ? Sa vie plus sacrée que vos propres sacralisations ? Que seule la légitime défense justifie de lui porter atteinte ?

   Oui                                              Non

Charlie demandait des preuves d'acceptation à une question qu'il ne posait pas en sous-titre de sa Une. Et nous nous sommes bien gardés de la poser tellement nous avons peur de voir les masques tomber. Il faudra bien qu'ils tombent si l'on veut que nos enfants vivent en paix. Libres.

 

Je formule un vœu : que les élus sollicitent les citoyens sur cette simple question ; que les religions sollicitent leurs adeptes ; que l'Éducation Nationale sollicite les étudiants ; que les partis politiques sollicitent leurs adhérents ; que les syndicalistes sollicitent leurs adhérents. Et nous verrons la tâche qu'ils nous restent à accomplir. Pour être juste, je vais solliciter ma famille, mes amis, et je prendrai le débat si nécessaire.

Si nous ne le faisons pas alors il faut se préparer à marcher beaucoup.

 

Jacques VARIENGIEN, mari, père, grand-père, beau-père, frère, ami, psychologue, laïque, être humain unique et sacré. Vienne (38) le 11 / 01 / 2015

 

 (*) Dans un pays laïque on a le droit de ne pas être laïque en conscience, mais on a pourtant la charge de respecter la loi des hommes, avant celle de son dieu, ses héros. 

 

 

 



.