Musulmanes et laïques en révolte

posté le 03/02/2015

Dans les sociétés musulmanes qui déclarent aspirer à la modernité, le sort de la démocratie est intimement lié à la place qu'occupent les femmes. En première ligne, à chaque séisme populaire ? instinct social de survie oblige ? elles affrontent la force d'un conservatisme musulman réfractaire à tout changement et propre aux sociétés dont le système patriarcal et religieux est érigé en modèle de gouvernance. Que dire alors, des femmes dont on bafoue les droits, en temps de paix ? 
Aujourd'hui, face à la montée islamiste, elles sont les premières menacées et leurs droits sont encore davantage en recul. Le long d'un printemps qui semblait fleurir bon la révolution, elles ont nourri des espoirs et rêvé de changements mais elles sont restées sur le quai. 

Djamila Benhabib, ( Ma vie à Contre Coran, éd. H&O), femme politique algérienne qui vit aujourd'hui au Canada ; Aayan Hirsi Ali ( Insoumise, Ed. Robert Laffont) femme politique néerlandaise d'origine somalienne ; Israhad Manji, née en Ouganda est journaliste et vit au Canada ; Necla Kelek, est une sociologue allemande d'origine turque ; Mina Ahadi est iranienne ; Talisma Nasreen née au Bangladesh est écrivain, réfugiée en Suède ; Wafa Sultan ( Un dieu de haine, St Martint Presse) est syrienne ; Chahdortt Djavann, écrivain ( Bas les voiles, et J e ne suis pas celle que je suis, Ed. Flammarion), est née en Iran ; Brigitte Gabriel, libanaise chrétienne vit aux États unis ; Nonie Darwish, journaliste née au Caire vit aux États-Unis, Hélé Beji est tunisienne ( Islam Pride) ; Haifaa Al Mansour est la première femme saoudienne cinéaste.... 



.