Après ce 11 janvier 2015 historique...

posté le 12/01/2015

Sans pouvoir citer tous les chantiers possibles, essayons de tracer quelques lignes directrices :

 

D’abord renforcer cette solidarité renaissante en faisant taire les vaines querelles pour retrouver le sens de l’échange d’idées et du dialogue fécond. En finir avec les injures criminelles faites à des militants notoires des libertés et de l’antiracisme et accepter le désaccord sans haine. À ÉGALE, comme par le passé, mais plus encore, nous ne laisserons pas passer sans les dénoncer, ces débordements mortifères.

 

Ensuite, lutter contre la banalisation de l’assassinat qui s’est exprimé dans certaines classes, à la stupéfaction des enseignants. Elle constitue un terreau fertile pour les recruteurs djihadistes et il faut redoubler d’efforts de pédagogie et de solidarité pour la contrer. L’Éducation nationale est certes concernée prioritairement pour mettre en œuvre cette pédagogie, mais aussi les associations d’éducation populaire, comme les citoyens que nous sommes.

 

Enfin faire barrage avec détermination aux résurgences de la peste brune comme à cette peste verte dont nous venons enfin de mesurer la folie meurtrière.

 

Sans oublier de refuser tout amalgame entre ces forcenés et les musulmans.

Car nous n’oublions pas les centaines de milliers de victimes de ces fanatiques  en Algérie, au Nigéria, au Mali, en Syrie et ailleurs, qui ont perdu la vie parce qu’ils revendiquaient plus de liberté ou qu’elles étaient des femmes qui voulaient étudier ou tout simplement qu’ils étaient des êtres humains aspirant à vivre en paix.

Martine Cerf, ce 12 janvier 2015

Version imprimable



.