Démission de Jean-Paul Delahaye de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire : quel avenir pour la laïcité à l’école ?

posté le 01/05/2014

Démission de Jean-Paul Delahaye de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire :
quel avenir pour la laïcité à l’école ?

Jean-Paul Delahaye, aux côtés de Vincent Peillon, a rouvert un vaste chantier laissé en jachère depuis si longtemps : celui de la transmission des valeurs républicaines, dont la laïcité. Saluons parmi les mesures prises dans les deux années écoulées, quatre engagements forts auxquels Égale a apporté son soutien :

- modification du référentiel de compétences permettant d’évaluer les enseignants pour rappeler, entre autres choses, que tout personnel d’éducation doit porter et défendre les valeurs républicaines dont la laïcité,

- création d’une charte de la laïcité et d’accompagnements pédagogiques pour l’école afin de donner à chaque enseignant les moyens d’engager le nécessaire enseignement de ces valeurs fondant le socle du vivre ensemble dans notre république,

- création des ABCD de l’égalité pour enseigner l’égalité filles-garçons à l’école,

- réintroduction d’une obligation de former les enseignants à la laïcité dans la création des Écoles Supérieures du Professorat et de l’Éducation.

Mais, on sait aussi combien la plupart de ces mesures, relevant toutes de la défense de l’humanisme, ont été décriées voire combattues. De lourdes menaces pèsent sans cesse sur ce projet éducatif ambitieux : mise en accusation de la notion de laïcité au profit du développement d’une vision communautariste de la société, rejet de la charte de la laïcité par certains dignitaires religieux entrainant une démobilisation dans quelques établissements scolaires, annonce calomnieuse et odieuse d’une possible éducation à la « théorie du genre », etc. [Accès à l'édito]

On est donc en droit de s’interroger : cette démission, annoncée par le quotidien le Monde le 30 avril 2014, aura-t-elle une incidence sur la volonté politique du gouvernement de redonner à l’école les moyens d’une véritable éducation humaniste ?
À l’heure où une refonte des programmes est engagée, où le recrutement des enseignants s’avère de plus en plus incertain faute de vocations, nous ne pouvons qu’être inquiets pour l’avenir de notre école. De ce fait, nous espérons vivement que M. Hamon, ministre de l’Éducation Nationale, aura à cœur de nommer un/une successeur(e) décidé(e) à poursuivre cet effort indispensable pour l’avenir de notre société.

Agnès Perrin, Membre du Bureau d’ÉGALE, Maitre de Conférences en littérature française - Faculté d’Education – Université Montpellier 2 


Lire le blog de Maryline Baumard du journal Le Monde de l'éducation



.