TURQUIE : « Non aux dérives d’un pouvoir absolu »

posté le 20/06/2013

TURQUIE : « Non aux dérives d’un pouvoir absolu »

Bruxelles, le 20 juin 2013

La Fédération Humaniste Européenne (FHE) demande au premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, de résister à la tentation du pouvoir absolu et de se montrer attentif aux revendications des manifestants qui défilent depuis deux semaines à Istanbul, Ankara, Izmir et Eskişehir, en faveur d’un Etat laïque garant des libertés fondamentales (liberté d’expression, indépendance de la presse, respect des minorités culturelles, religieuses et philosophiques, etc.).

Depuis plusieurs jours, la FHE a été interpellée par de nombreux manifestants qui témoignent de violence policière et d’arrestations arbitraires. Ils s’inquiètent également de l’autoritarisme croissant du premier ministre et s’offusquent du mépris qu’il affiche face aux revendications des opposants. La Fédération Humaniste Européenne ne peut rester insensible à leur appel, car l’ampleur de la contestation ne peut être résumée à l’action de « pillards, de terroristes et d’anarchistes », ni à « un complot ourdi de l’étranger », comme le prétend M. Erdoğan. Il s’agit, au contraire, d’une vague de protestation qui rassemble un large éventail de la société turque : retraités, étudiants, intellectuels, artistes, représentants de la société civile, syndicats, des militants de divers partis politiques et des membres de nombreuses minorités culturelles (Alévis, Kurdes, Arméniens). Bien que la couverture médiatique des événements ait été relativement partielle et partiale dans la presse turque depuis le début de la contestation, personne ne peut ignorer cette réalité.

La Turquie est une mosaïque culturelle dont la richesse repose sur la cohabitation pacifique de toutes ses composantes. Dans cette perspective, il est urgent que les autorités du pays assurent une plus stricte séparation des religions et de l’Etat afin de garantir des droits égaux à tous, au lieu de favoriser les standards de vie chers à l’Islam sunnite. Cela fait maintenant plus de 60 ans que la Turquie a ratifié la Déclaration universelle des droits de l’Homme et il est grand temps que tous ses citoyens – religieux ou non – puisse jouir pleinement de ces droits.



.