Le procès d'Habib Kazdaghi, doyen de la fac de la Manouba

posté le 14/12/2012

Le procès d'Habib Kazdaghi, doyen de la fac de la Manouba, a été reporté au 3 janvier 2013

Ce procès illustre le bras de fer qui oppose les salafistes soutenus par le gouvernement d’une part et les universitaires avec la grande majorité des étudiants d’autre part, pour que la laïcité soit préservée au sein de la Manouba. L’enjeu est que les étudiantes ne soient pas forcées à se voiler, qu’il ne soit pas question de prévoir des salles de prières dans l’université...

Le procès a été reporté au Jeudi 3 janvier 2O13 pour permettre aux différentes parties d'examiner les pièces du dossier qu'elles ont présentées et les pièces qu'elles ne manqueront pas de produire au greffe du tribunal au plus tard le 15 décembre prochain, dernier délai décidé par le juge pour la présentation des rapports, des expertises.

La troisième audience a été une audience de procédure. L'audience du 3 janvier 2013 sera consacrée aux plaidoiries des avocats et au réquisitoire du ministère public. Le verdict ne sera peut-être pas prononcé ce jour-là. la justice tunisienne se donne souvent le temps pour de délibérer d'autant plus qu'il s'agit d'une affaire hautement médiatisée.
Si tel est le cas, le juge indiquera la date au cours de laquelle le verdict sera rendu et
ne convoquera pas les parties pour une nouvelle comparution.
Je suis optimiste quant à l'issue à condition que la mobilisation à l'intérieur et à
l'extérieur continue avec la même détermination. Celle du 22 novembre a été
particulièrement réussie avec un rassemblement imposant d'universitaires et de militants de la société civile. Les enseignants du supérieur ont également observé des grèves dans les quatre grandes facultés du grand Tunis, les seules avec 3 institutions du campus de la Manouba à avoir décrété une grève de 2heures. Je n'ai pas d'informations précises sur la grève dans ces 3 institutions. La grève d'une journée à la Manouba, fief de la résistance contre les atteintes aux libertés universitaires et institution dirigée par le doyen Kazdaghli a été suivi par l'ensemble du corps enseignant.Le rassemblement a été suivi d’une assemblée générale à la Faculté de la Manouba. Dès que la motion issue de la réunion sera publiée, je vous informerai des recommandations de cette assemblée. L'accent
a été mis à cette occasion sur la nécessité d'être vigilant et de recourir éventuellement à une grève générale de tous les enseignants du supérieur.

Habib Mellakh, universitaire, syndicaliste.

Département de français, Faculté des Lettres de la Manouba (Tunisie) 

Lire la suite au format PDF



.