Pour une sortie graduelle et négociée du régime dérogatoire des cultes en Alsace et en Moselle

posté le 11/07/2012

 

Notre action collective

Depuis le début de l’année, nous avions lancé l’idée qu’il ne fallait pas laisser s’installer des idées fausses. La première était que la totalité des alsaciens soutenaient le régime des cultes issu du concordat. La seconde, qu’il était impossible d’abroger ce régime des cultes sans toucher au reste du droit local et en particulier aux droits sociaux, aux jours fériés etc.

Avec le collectif laïque et les associations laïques d’Alsace et de Moselle, ainsi que des universitaires, des actions de fond sont menées…


Le président Gérard Delfau, est allé à la rencontre des associations laïquesd’Alsace et de Moselle, pour les encourager à se regrouper et publier un textecommun qui défendrait l’application de la loi de 1905 en Alsace et en Moselle. Le pilotage de cette action a été assuré par l’association strasbourgeoise « Laïcitéd’accord ». Un groupe informel d’universitaires, professeurs à l’université de Strasbourg s’est également joint à la démarche.

La liste des associations impliquées figure dans le document joint.

Depuis Paris, Martine Cerf assurait l’animation du comité de pilotage du Collectif laïque, chargé de produire le texte des associations membres de ce collectif qui le ratifieraient, après avoir reçu les contributions des associations, des consultants et personnalités d’Alsace et de Moselle. Les textes produits visent clairement à démontrer que :
1) que tout le monde dans la région n'est pas favorable au statut dérogatoire descultes
2) qu'il ne faut pas l'inscrire dans la Constitution, contrairement à ce qui est écrit dans la proposition 46 du programme du Président de la République
3) qu'on peut envisager une sortie négociée de ce statut sans toucher au reste du droit local
4) qu’une commission (type Stasi) devait être mandatée pour faire des propositionsdans ce sens.
5) Que des commissions du même type devaient être mandatées pour la Guyane et Mayotte.

Lire le détail du texte du collectif

Le 5 juillet, une réunion de coordination a eu lieu à Strasbourg, pour faire le lienentre les associations et les personnalités impliquées. Un communiqué de pressea été diffusé à l’issue de cette réunion. Un article paru dans les DNA s’en faisaitl’écho.

Lire le communiqué

Le 19 juillet était envoyé un courrier à tous les parlementaires afin de leur faire connaître nos propositions. Nous avons reçu des lettres ainsi que des réponses orales de soutien.

Lire le courrier envoyé

L’UNSA, le SGEN-CFDT et la FCPE du Bas-Rhin avaient engagé une action auprès des directeurs d’école et des enseignants pour que les formulaires officiels relatifs à l’enseignement religieux ne soient pas utilisés (ils ne prévoyaient que lechoix entre les 3 religions – pour solliciter la dispense, il fallait demander un autreformulaire qui n’était pas remis d’office !). – Le formulaire « syndical » donnait lui à choisir entre 4 « options » : catholique, protestante, israélite et ... morale)
Or, ce 11 septembre, le rectorat de Strasbourg a diffusé dans les écoles unformulaire qui est pratiquement une reprise du formulaire « syndical ».

Lire le formulaire envoyé



.