EN AVEYRON, LE DIOCESE ANNULE PUIS REPROGRAMME UN SPECTACLE SUR L’EGALITE HOMMES/FEMMES

posté le 23/11/2017

EN AVEYRON, LE DIOCESE ANNULE 

PUIS REPROGRAMME UN SPECTACLE SUR L’EGALITE HOMMES/FEMMES

Egale se réjouit du revirement du diocèse d’Aveyron qui renonce à l’annulation d’un spectacle sur l’égalité hommes/femmes dans deux collèges.

 

La polémique est née d’un article publié sur riposte-catholique.fr dénonçant l’entrée du lobby LGTB dans l’enseignement catholique de l’Aveyron alors que la compagnie toulousaine, l’An 01 avait programmé dans deux collèges catholiques de la région, la représentation de X,Y et moi, une pièce qui sous l’aspect d'une conférence d'une délégation interministérielle, anticipe des villes non mixtes, tout en faisant largement réagir le public sur les questions d'égalité hommes-femmes.

Les réseaux sociaux se sont emballés, les chefs d’établissement ont été débordés par les appels des inquiets des parents après que le groupe Manif pour tous Grand Rodez leur ait envoyé le mail ci-contre : " Mobilisez-vous et mobilisez votre entourage pour empêcher ces individus de venir “déconstruire” le cerveau de nos enfants à un âge fragile où ils rentrent dans l'adolescence. » Sans reprendre l'article de Riposte-catholique, le courriel présente la compagnie comme proche du mouvement LGBT ce que réfute son directeur. 

Le diocèse, qui se disait  " victime d'une cabale montée par certains mouvements " et insistait sur le fait que " l'enseignement catholique porte de nombreux partenariats avec les collectivités ou les MJC, envisageait de -présenter la pièce à des parents d'élèves. Pour calmer le jeu et -discuter sereinement ". C’est aujourd’hui chose faite. L’interdiction a été levée. Le directeur diocésain Claude Bauquis et deux chefs d’établissement ont assisté à une représentation jugée « de qualité » car « elle invite à réfléchir sur l’égalité et la complémentarité hommes-femmes. »

Egale qui s’était inquiétée de la puissance des lobbys des catholiques intégristes, se réjouit de cette décision. Grâce au bon sens du directeur diocésain qui a su résister aux tentatives des extrémistes, ce spectacle sera finalement représenté avec une semaine de retard. 

 

Nelly Fouks d’après Philippe Gagnebet Le Monde et 20minutes.fr



.