La Proclamation de l’Islam en France, un texte bienvenu, mais…

posté le 04/04/2017

PROCLAMATION DE L’ISLAM EN FRANCE : LIRE

 

La Grande Mosquée de Paris a publié, le 28 mars 2017, une « Proclamation de l’islam en France » qui mérite d’être connue et lue intégralement. Ce texte se rebelle très justement contre la volonté gouvernementale de désigner des autorités de tutelle au culte musulman, alors que la séparation des Eglises et de l’État lui enjoint de respecter l’indépendance des cultes.

Il dénonce l’interprétation de l’islam « qui conduit à l’obscurantisme », condamne l’islam des prédicateurs télévisuels et met en garde contre une religiosité extrême déconnectée de la vie spirituelle. Il réaffirme les devoirs définis par l’islam : être miséricordieux, exercer la solidarité, cultiver les savoirs de tous ordres… Il précise que le Coran ne contredit pas les théories scientifiques, que sa pratique ne doit pas troubler l’ordre public et que tout citoyen musulman doit respecter les valeurs et les lois de la République française ou la liberté d’expression. Il récuse les multiples injonctions erronées comme l’obligation de porter tel ou tel vêtement, visant implicitement la pratique du port du voile intégral ou du kami qui seraient la marque obligatoire des « bons musulmans ». Enfin, il rejette l’antisémitisme et la violence menée au nom de l’islam, en définissant ce qu’est le djihad intérieur : un effort de maîtrise de soi.

Il est cependant regrettable que l’introduction de ce document se fourvoie dans la dénonciation de la montée d’une supposée « islamophobie » ou « islamopsychose » en France que l’on compare à l’antisémitisme du XIXe siècle. Ces propos se font l’écho d’une propagande intégriste qui vise à traumatiser nos concitoyens musulmans pour les pousser à s’isoler du reste de la communauté nationale. 

Les statistiques montrent qu’au contraire en France, le racisme est en recul et il n’y avait aucune bonne raison de renforcer ainsi cette propagande. Les enseignants ont déjà fort à faire à l’école avec des adolescents convaincus qu’ils vivent dans un pays qui les rejette ! C’est d’autant plus regrettable qu’on avait pu entendre à plusieurs reprises le Docteur Dalil Boubakeur récuser avec brio l’utilisation inappropriée du mot « islamophobie », inventé par les Iraniens pour diviser la société française.

Martine Cerf

Lettre au Docteur Dalil Boubakeur, Grande Mosquée de Paris :
Lire

 



.