L’Allemagne sur le chemin de la séparation ?

posté le 07/12/2016

 

L’Allemagne sur le chemin de la séparation ?

 

Une association bavaroise militant pour l’athéisme (BfG, Alliance pour la liberté spirituelle) souhaitait organiser le Vendredi-saint 2007, dans un théâtre de Munich, une manifestation conviviale, comportant des films, un « Schoko Buffet » et pour terminer, un concert de rock. 

 

Excipant d’une loi ancienne prohibant les bals le jour anniversaire de la mort du Christ, le tribunal de Karlsruhe a interdit cette manifestation, le Vendredi saint étant aussi considéré comme « jour de silence ». 

Six ans après les faits, la Cour suprême de la RFA a réformé cet arrêt, la liberté de conscience et celle de réunion qui sont constitutionnelles ayant valeur supérieure. 

 

Cette affaire suscite un certain émoi dans les milieux conservateurs, notamment à la Frankfurter Allgemeine, quotidien proche de la CDU, parti chrétien au pouvoir. 

 

L’arrêt de la Cour suprême intéresse en Allemagne tous ceux qui souhaitent une dissociation entre l’État et les Églises. C’est le cas de « l’Initiative pour un territoire laïcisé » de Bochum (Rhénanie du Nord-Westphalie). Dans le Bade-Wurtemberg, le gouvernement du land dirigé par les Verts a aboli en 2015 l’antique interdiction de danser la nuit de Noël. 

 

Il semble que peu à peu s’impose l’idée qu’à la maxime traditionnelle « la citoyenneté et l’appartenance religieuse vont de pair » (Staatsvolk ist gleich Kirchenvolk) se substitue la notion de « partie chrétienne de la population », induisant qu’une mesure ne peut s’imposer légalement à l’ensemble des citoyens si elle repose sur une discrimination entre eux. 

 

La RFA s’achemine-t-elle progressivement vers une séparation des Églises et de l’État ?

Une telle évolution prendra sans nul doute encore beaucoup de temps avant de se concrétiser, tant les Églises sont imbriquées dans un tissu social que l’État leur a abandonné depuis la naissance de l’Allemagne contemporaine (enseignement, crèches, hôpitaux, mouvements d’éducation populaire notamment). 

Quoiqu’il en soit, l’arrêt de la Cour suprême réformant une décision juridique prise dans un des länder – de surcroît dans une Bavière restée très catholique – augure d’autres évolutions bénéfiques pour la RFA et certains de ses partenaires de l’Union européenne. 

Alain Vivien

6 décembre 2016

 



.