Victor Hugo l'avait bien dit.

posté le 07/01/2016

VICTOR HUGO L'AVAIT BIEN DIT

 

Extrait du recueil "L'Année Terrible" publié en 1972 Victor Hugo. (Prémonitoire)

(les forces noires ne sont pas les djihadistes, mais les Prussiens. À ce détail près...)L'année terrible 

Ils sont là, menaçant Paris. Ils le punissent.

De quoi ? D'être la France et d'être l'univers,

De briller au-dessus des gouffres entr'ouverts, 

D'être un bras de géant tenant une poignée

De rayons, dont l'Europe est à jamais baignée;

 

Ils punissent Paris d'être la liberté;

Ils punissent Paris d'être cette cité

Où Danton gronde, où luit Molière, où rit Voltaire; 

Ils punissent Paris d'être âme de la terre,

D'être ce qui devient de plus en plus vivant,

Le grand flambeau profond que n'éteint aucun vent, 

L'idée en feu perçant ce nuage, le nombre,

Le croissant du progrès clair au fond du ciel sombre; 

 

Ils punissent Paris de dénoncer l'erreur,

D'être l'avertisseur et d'être l'éclaireur,

De montrer sous leur gloire affreuse un cimetière, 

D'abolir l'échafaud, le trône, la frontière,

La borne, le combat, l'obstacle, le fossé,

Et d'être l'avenir quand ils sont le passé.

 

Et ce n'est pas leur faute; ils sont les forces noires

Ils suivent dans la nuit toutes les sombres gloires,  

 

(les forces noires ne sont pas les djihadistes, mais les Prussiens. À ce détail près...)



.