Inscrire la laïcité dans la Constitution, du concret enfin.

posté le 07/01/2016

Du concret demande l’opinion publique

Pour répondre au contexte dramatique des évènements de janvier et novembre 2015, il faut sans nul doute dépoussiérer notre Constitution qui, à bien des égards, est incomplète, voire désuète.

 

Pour parvenir à un bon projet encore faut-il prendre le soin d’écarter les initiatives qui divisent pour ne retenir que ce qui unit : la laïcité est le ciment de la nation. C’est pourquoi il convient de prendre une initiative forte à son sujet. 

Saluons  en ce mois de janvier 2016 le dépôt de deux propositions parlementaires.

 

-La première signée de Roger Gérard Schwarzenberg, président du groupe des Radicaux de gauche, tend à ajouter le terme de LAÏCITÉ dans la devise républicaine : comme l’affirme l’exposé de motifs de cette proposition, la devise « exprime l’éthique d’une nation, affirme ses valeurs primordiales, énonce ses principes fondamentaux ». Il s’agit donc  « d’exprimer plus complètement la symbolique républicaine » ; la laïcité peut « faire obstacle à la résurgence des dogmatismes, des intégrismes qui voudraient dicter leur foi à autrui » parfois par la violence hélas éprouvée ces temps derniers par les Français. Le président du groupe "Radical,républicain,démocrate et progressiste" à l’Assemblée nationale  rappelle que la laïcité garantit « la liberté des confessions et des convictions »  et qu’en cela elle fait barrage à la montée des communautarismes qui pourraient fractionner notre société.

Cette proposition est une manière de rappeler le caractère universaliste de la République, de notre République, par ailleurs exprimé dans un moment d’épreuves tragiques par les soutiens venus du monde entier, dont la France a bénéficié suite aux attentats contre Charlie Hebdo. Pour donner plus d’exigence à l’application de ce principe, Schwartzenberg propose aussi d’adosser à la constitution une charte de la laïcité sur le modèle de la charte de l’environnement de 2004.

 

-Dans le même temps le groupe parlementaire RDSE, à majorité radicale de gauche, du Sénat a déposé une seconde proposition de loi constitutionnelle visant à inscrire les principes fondamentaux de la loi du 9 décembre 1905 à l’Article premier de la Constitution.

 

ÉGALE se réjouit de cette ardeur législative que le gouvernement devrait soutenir dans les meilleurs délais pour répondre aux besoins d’unité et de sérénité auxquels dans l’urgence nos concitoyens aspirent.

 

Bernard Ferrand.

 



.